Vous êtes ici

Isolation de toiture, mur et plancher

Isolation de toiture, mur et plancher -  trouver des entreprises artisans professionnels travaux Seine-et-Marne 77

  

   Etre biIsolation toiture, mur et plancher - Seine et Marne 77en couvert pour passer un bon hiver, voici un adage qui convient également pour les
   habitations. Une maison bien isolée vieillit mieux et nécessite moins de travaux d’entretien.
   L’isolation des parois opaques (mur et toit), quand elle faite dans les règles de l’art et que la prise en  compte de la ventilation est réalisée efficacement (risques de condensation sinon…) permet de réaliser des économies significatives, de l’ordre de 20 à 25%.

L’association isolation / ventilation est cependant primordiale. En effet, l’ambition n’est pas de vivre dans une boite thermos, irrespirable, mais de créer des lieux de vie caractérisés par une bonne qualité de l’air sans humidité.

 

QUELQUES POINTS DE VIGILANCE

Plusieurs points de vigilance sont à souligner en matière d’isolation :

• La rigueur dans l’étanchéité à l’air. Des parois performantes jointes par des murs en « gruyère » annihilent toutes les vertus recherchées par les travaux mis en œuvre. Effectuer l’isolation des parois sans faire la chasse aux entrées d’air parasites est une perte d’argent.

• Les « ponts thermiques » sont des zones de faiblesse de l’isolation. Le froid extérieur est alors plus rapidement transmis à l’intérieur du logement. La vapeur d’eau se condense sur ces points plus froids, ce qui peut engendrer la formation de traces noires et de moisissures. On les trouve tout particulièrement aux jonctions entre la toiture et les murs, entre les murs et les menuiseries des fenêtres, entre les planchers et les murs, à la jonction du balcon et du mur, au niveau des montants des ossatures, des chevrons, des points de fixation, ...

• Une bonne continuité de l’isolation et de la membrane d’étanchéité doit permettre de traiter ces points faibles.

 

ISOLATION THERMIQUE DE LA TOITURE

L’isolation de la toiture est souvent la plus rentable, c’est régulièrement la première étape à réaliser car le potentiel d’économies d’énergie est important. En effet, l’air chaud, plus léger, s’élève naturellement et vient en grande partie se loger sous le toit.

Cette isolation peut se faire sur le plancher des combles perdus, l’isolant (laines minérales, biosourcé ou plastique alvéolaire) est alors disposé sur le plancher sans discontinuité.

Lorsque les combles sont habitables, deux techniques d’isolation peuvent être proposées :

• Par l’intérieur, une technique relativement répandu mais où la perte de hauteur sous plafond doit faire l'objet d'un point de vigilance

• Par l’extérieur mais cette technique nécessite souvent des chantiers plus lourds, et donc plus coûteux (dépose de la couverture...) mais vous ne perdez pas de hauteur dans vos combles

• Il est également possible d’isoler des toitures terrasses. Souvent liés à des travaux d’étanchéité, ces chantiers relativement lourds doivent absolument être confiés à des professionnels (garantie décennale).

 

ISOLATION THERMIQUE DES MURS

Les murs sont également un poste de déperdition de chaleur important. L’isolation des murs peut être effectuée :

• par l’intérieur : pas de modification de l’aspect extérieur de la maison, mais perte de surface et contraintes sur chantier. Pour ces chantiers, on utilisera des panneaux isolants collés ou vissés, intégrant une lame d’air, ou bien des isolations maçonnées, par projection sur les murs.

• Par l’extérieur : cette méthode est à envisager en priorité dès que cela est possible. Elle permet de faire deux opérations en même temps : l’isolation et le ravalement. Elle permet de traiter un grands nombre de ponts thermiques, de conserver l’inertie thermique des murs, de ne pas modifier les surfaces habitables, de protéger les murs des variations climatiques. Le coût de cette technique est souvent plus élevé que celui de l’isolation par l’intérieur (hors coût de ravalement), suivant l'état et les détails architecturaux des façades. Cette isolation peut être mise en œuvre grâce des panneaux enduits (solution la moins couteuse), ou bien par panneaux isolant protégés par un bardage, par enduisage projeté (minéral ou végétal).

 

ISOLATION THERMIQUE DES PLANCHERS

Elle peut être réalisée soit par le bas (c'est à dire en sous-face de dalle, l'isolant est fixé sur la face inférieure du plancher), soit par le haut (l'isolant posé sur le plancher et recouvert d’un revêtement pour y pouvoir y circuler). En construction ou rénovation lourde, l'isolation du plancher peut également être effectuée entre les éléments de structure du plancher .

Pour choisir la solution d’isolation, il faut tenir compte des contraintes de place (hauteur entre le plancher et le plafond) et d’accessibilité (vide sanitaire…).

 

La multiplicité et parfois la complexité de ces techniques imposent aux professionnels d’être en mutation constante de compétences.

 

DU CÔTÉ DES PROFESSIONNELS

Evolution en cours… souhaitables

 • Augmentation du niveau de performance technique par de la rigueur dans le processus constructif et dans la précision du geste.

 • Exigence en termes de tolérance, réservation, qualité des états de surface.

 • Nouveaux matériaux et techniques de construction.

 • Isolation par l’extérieur.

 • Technique des joints minces (brique monomur).

 • La gestion des déchets provenant des chantiers et leur traitement via des filières adaptées.

 • Prendre en compte les risques de pollution d’air intérieur dans les bâtiments à forte isolation en assurant un renouvellement d’air suffisant.

 

Compétences à développer et à créer

• Maîtrise les règles de la conception bioclimatique tant en construction neuve qu’en rénovation, en corrélation avec l’évolution des règlementations thermiques.

• Prendre en compte les phénomènes d’échanges thermiques et acoustiques dans un bâtiment.

• Prendre en compte les principes de migration de vapeur d’eau dans les parois.

• Maîtriser le métré et les outils de mesure.

• Maîtriser les techniques de la pose d’isolant.

• Maîtriser la gestion de l’étanchéité à l’air en lien avec les autres corps d’état.

• Développer le recours à des matériaux à faible énergie grise par amélioration de l’information sur les choix technologiques et thermiques en anticipation de la RT 2020.

• Obtenir une meilleure coordination entre corps d’état et notamment les chauffagistes, les menuisiers ou encore les isolateurs (préparation à l’offre globale.